Les confidences du Cygne

Les confidences du cygne


Et si nos maisons étaient bien plus que des lieux de vie ? Si elle véhiculait la notion de stature, de verticalité et de position debout ? Quelle image de nous véhicule-t-elle ?
Pourquoi choisissons-nous telle habitation ou pour quelles raisons éprouvons-nous des difficultés à déménager, à les quitter ?
Notre histoire avec nos différentes demeures est en lien avec celle de notre enfance qui a été le témoin de la représentation symbolique des liens inconscients entre ses habitants.
Rien n’est laissé au hasard concernant cette seconde peau pour laquelle nous déployons des trésors d’inventivité pour se l’approprier, la décorer et l’aimer. La circulation dans les pièces, nos objets sentimentaux, l’ordre ou le désordre, la poussière ou encore la place de chaque personne donnent des indications sur notre psyché… Il suffit de savoir décrypter ces indices.
J’ai toujours été intéressée par les maisons qui m’accueillent ou me rejettent. Et vous ?


Le Cygne d’O Éditions, nous partageons bien plus que des livres



Les confidences du cygne

Confinement… Déconfinement… Coronavirus… Covid 19… Depuis trois mois, ces quatre mots nous occupent l’esprit et nous maintiennent sous pression.
Qu’avons-nous retenu de cette période qui semble nous interpeler à un moment bien particulier de nos vies personnelles et de l’évolution de la planète qui fut livrée aux flammes tout au long de l’année 2019 ?
La réponse est à la fois personnelle et collective, puisque l’humanité, dans sa diversité, forme en réalité une seule ENTITÉ évoluant sous les mêmes cieux.
Chacun d’entre nous a disposé de temps pour réfléchir, se lamenter, désespérer, ou au contraire considérer cette période de retrait comme une opportunité.
Elle a permis de revoir nos modes de vie qui, nous en prenons peu à peu conscience, ne nous apportent ni paix ni équilibre.
Les médias et les publicités nous incitent à convoiter toujours plus de biens matériels et à entreprendre des démarches coûteuses concernant le « bien-être » personnel, quel qu’en soit le prix.
La plupart des humains consomment, indifférents à une réalité qui s’impose, à savoir que nous sommes en train d’épuiser les potentialités d’une terre et demie. Il n’y a pas de plan B !
Pendant le confinement forcé, nous avons dû restreindre des désirs qui nous semblaient couler de source auparavant : achat compulsif de vêtements et de voitures, voyages touristiques lointain et projet professionnel ambitieux. Avons-nous beaucoup souffert de ces restrictions, dans la mesure où la nourriture restait abondante grâce à l’activité quotidienne des maraîchers et des transporteurs ?
Saurons-nous les en remercier en leur restant fidèles ?
Certaines personnes, ayant acquis du discernement pendant cette période exceptionnelle, se sont retrouvées face à elles-mêmes, étonnées de constater que la vie peut être agréable et même épanouissante si l’on sait modérer ses envies et les adapter à la situation de la contrainte économique mondiale qui s’imposera dans les mois prochains.
D’autres bienfaits se sont révélés en contradiction avec la vie trépidante à laquelle nous sommes habitués, encouragée par la pression constante d’une croissance sans fin.
Comment nous adapterons-nous à une récession atteignant 11 % de notre PIB si nous ne changeons pas de paradigmes ?
Le coronavirus inspire donc des réflexions opposées.
Pour les uns, c’est une sorte de peste avec tout le cortège de malheurs et de peurs qu’elle génère. Il faut donc l’éradiquer par tous les moyens scientifiques possibles, dont le vaccin imposé à tous dans les mois prochains.
Pour les autres, cette pandémie arrive au bon moment, alors qu’un malaise planétaire installe dans les âmes l’aspiration à une existence plus juste et à des dimensions spirituelles dignes de l’ère du Verseau.
Un constat est frappant et pousse à réfléchir à notre présence sur Terre vis-à-vis des autres règnes dits inférieurs.
En quelques semaines, la nature a repris sa respiration, l’air s’est purifié, le ciel et l’eau se sont purifiés et les animaux sauvages se sont réapproprié l’espace.
N’est-ce pas une leçon à retenir pour l’avenir ?
Nous commençons à établir des bilans d’après confinement, force nous est de constater que beaucoup de nos concitoyens ont repris leur vie d’avant et n’ont pas tiré les conséquences profondes qu’exige la situation. D’autres, au contraire, ont intégré la notion qu’il n’y a pas de retour en arrière possible. Nous sommes face à une urgence planétaire à la fois économique et spirituelle.
Une seconde vague de pandémie et de confinement sera-t-elle nécessaire pour ancrer dans les âmes un changement de conscience collectif ?

Le Cygne d’O Éditions, nous partageons bien plus que des livres



Les confidences du cygne

Confidences du cygne d'O éditions


Près d’un demi-siècle d’écriture est à l’actif des deux auteures du cygne d’O Éditions. Leur inspiration toujours renouvelée propose à ce jour une trentaine d’ouvrages aux thèmes divers et variés.

Quelles sont leurs motivations ?


- Tout d’abord elles ressentent une vive gratitude envers leur lectorat fidèle et passionné.
- Elles entretiennent avec leurs lectrices et lecteurs des relations cordiales et des échanges enrichissants qui perdurent au fil des années et se transforment parfois en profonde amitié.
- Elles sont heureuses de continuer à surprendre les habitués en abordant des sujets en accord avec l’actualité.
- Aussi les remercient-elles du fond du cœur car ce sont eux qui sont leur plus belle publicité.


Nous partageons bien plus que des livres